Le Top 10 des idées reçues concernant le langage corporel

Voici le Top 10 des idées reçues que l'on entend lorsque l'on parle de langage corporel avec certaines personnes :


1. Je croise les bras ou les jambes : je suis fermé(e) !


Dans plusieurs cas de figure, le croisement des bras peut être signe d'ouverture. En effet, si le corps part en avant, il s'agit d'un retour sur soi. Si les bras sont positionnés plus en bas, on laisse sa place à l'autre ou si le poing est ouvert, là encore il d'agit d'une ouverture.

Le croisement des bras doit s'observer en prenant en compte les épaules, le poing et le corps tout entier. 
La lecture du croisement des jambes est nettement plus intéressante car elle est systémique c'est-à-dire qu'elle dépend du contexte, de la nature de l'environnement. 

2. Une poignée de main molle est signe de timidité, de passivité.


Il est courant d'entendre que pour être respecté, une bonne poignée de main bien ferme est requise : qui n'a jamais eu la main broyée par quelqu'un ? Cette personne persuadée de bien faire, croit nécessaire de vous endolorir la main pour vous montrer qu'elle est belle et bien présente.

La poignée de main trouve son origine dans un désir d'absence de menace et donc de convivialité.
Une poignée de main trop brutale est généralement le signe d'un manque de confiance en soi. C'est tout le contraire de ce que l'on entend chez certain. On entend aussi qu'incliner la paume de votre main vers le sol quand vous serrez la main signifie que l'on se soumet à l'autre : encore faux ! 

De nombreux paramètres sont à prendre en compte pour l'analyse d'une poignée de main : la distance, le regard, la pronation/supination, la durée, sans oublier d'analyser l'autre main, les pieds, le corps, etc. Alors pensez à tout ça la prochaine fois que quelqu'un vous dira qu'il est possible de modifier sa poignée de main...

3. Les autocontacts sont signes de stress

Les autocontacts désignent le fait que la main revient sur le corps ou le visage. En synergologie nous en distinguons trois : les microcaresses, les microdémangeaisons et les microfixations.
La microfixation est un geste immobile de concentration ou de détente, la microcaresse fait en face de son interlocuteur exprime un désir ou une volonté de rapprochement et la microdémangeaison exprime un décalage entre ce qui est dit et ce qui est ressenti. 
Là encore, il est important d'analyser entre autre l'endroit du corps où est fait l'autocontact et ce qui est dit pour en conclure quoi que ce soit... 

4. Les jambes ressorts sont signes d'angoisse


Qui n'a jamais été dérangé par quelqu'un à côté qui faisait trembler la table à cause de ses jambes qui montent et qui descendent comme des ressorts ? 

Elles sont souvent associées à tord à de l'anxiété. Cependant les jambes ressorts sont plutôt signe d'hyperactivité ou de volonté que ça aille plus vite.

5. Je regarde en haut à droite pendant une conversation : je m'ennuie !


Les quadrants des yeux en synergologie représentent un module assez conséquent. Ils ne peuvent pas être analysés sans prise en compte du contexte et de ce qui est dit : en ce sens ils ne constituent en aucun cas des items pathognomoniques. 
Une personne regardant en haut à droite avant de parler peut tout simplement réfléchir à ce qu'elle va dire. Le regard vers le haut en général est signe de réflexion, d'intellectualisation. 
Lorsque l'on veut analyser les quadrants des yeux de nombreux paramètres sont à prendre en considération comme l'environnement (fenêtre, mur, porte, quelqu'un d'autre dans la pièce, etc).


6. Je bouge beaucoup les mains donc je mens !


Les gestes des mains sont faits pour traduire la dynamique vécue, pour faire passer un message, pour être compris ou pour amener l'autre dans la discussion. 
Mais tous les gestes de la main ne se valent pas, loin de là ! Il faut prendre en compte quelle main bouge, si elle va quelque part (à droite, à gauche, en avant, en arrière), sa configuration et l'orientation du poignet. 
Tous ces éléments pourront nous permettre de dire si la personne est dans le partage, si elle se protège, si elle distingue deux choses ou deux groupes différents, ce qu'elle préfère ou si elle rejette quelque chose. 

7. Je te regarde droit dans les yeux donc je dis la vérité

Quand on regarde quelqu'un dans les yeux sans cligner, nous appelons cela la focalisation active. Il est courant de dire ou de penser que si la personne nous regarde droit dans les yeux, elle ne pourra pas nous mentir. Détrompez-vous, c'est souvent ce que fait un menteur pour s'assurer que son message est cru !


8. Mon regard s'abaisse souvent quand je parle : je mens !

Au contraire, la défocalisation passive (je regarde ailleurs puis je reviens tranquillement en clignant des paupières sur mon interlocuteur, et ainsi de suite) est signe de vérité. Toutefois le fait de le faire de manière trop brutale sans cligner et en passant de l'un à l'autre est signe de malaise important, d'attention soutenue à l'environnement.

9. Le langage corporel dépend de la culture de chacun.

Certaines dimensions du langage corporel s'imposent à tous les êtres humains alors que d'autres sont plus ethnologiques, culturelles.
Ce qui est cérébral est partagé par tous (c'est l'exemple de la main dominante). Un item relevant de la logique cérébrale est même présent dans la chaîne animal et notamment chez les grands singes (c'est le cas de la main dominante). 
Les gestes symboliques quant à eux dépendent du pays ou de la culture mais sont relativement rares. Le principe dominant est donc bien celui de l'universalité en gardant en tête toutefois que d'une société à une autre, l'amplitude, la fréquence d'un geste peut varier. Ceci dépend sans doute du statut des émotions : dans les cultures où les gens sont plus démonstratifs, les gestes sont plus amples par rapport aux cultures qui privilégient le contrôle des émotions.

10. Le nez s'allonge quand on ment ! 😂


Au lieu de contredire Lorenzini (ou Collodi), nous dirons plutôt qu'il avait vu juste et que le nez a toute sa place dans le mensonge. Mais au lieu de s'agrandir, il rétrécirait selon une récente étude de l'université de Grenade et deviendrait même plus froid. Ceci s'expliquerait par le fait que le flux sanguin remontrait vers le front pour faciliter la réflexion. Le nez perdrait 1,2°C alors que le front gagnerait 1,5°C.




De nombreuses choses sont dites sur le langage corporel, certaines font des dégâts sur nos relations avec l'autre si on les applique à la lettre. N'oubliez pas une règle importante quand on s'attaque à l'analyse du langage corporel : rares sont les gestes pour lesquels l'horizon de sens s'applique à n'importe quelle situation. Cela serait tellement simple : un geste = une signification...




Co-écrit par Carole Vandermeulen et Stéphane Locatelli, Synergologues


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les yeux Sanpaku

Comment savoir si vous êtes fait(e) pour le télé-travail ?

Trouble dissociatif de l'identité : Investigations non-verbales