Les tendances RH au sein de l'Union Européenne en 2019


Depuis les années 1990, l’Europe du Nord a fait du bien-être au travail une priorité pour des raisons économiques et sociales.

Selon l’étude du Cabinet Mozart Consulting, le stress au travail fait perdre chaque année 12 600 euros par salarié. Or nous savons qu'un stress persistant peut provoquer un épuisement physique et mental, nuire à leurs performances, à la productivité et à la santé de l’entreprise.





En Europe, les trois quarts des salariés sont convaincus que leur employeur ne s’intéresse pas à leur bien-être et 38% pensent que leur intérêt n’est que superficiel.
Le manque de considération fait aussi partie des autres frustrations évoquées par les salariés européens.
Le niveau de stress est élevé : 17% des répondants déclarent subir un stress quotidien au travail. Le secteur qui semble le plus affecté est celui de la vente, médias et marketing.

Selon le cabinet ADP, les niveaux d’optimisme des salariés sont semblables à l’année dernière. Plus de la moitié s’attend à des changements significatifs dus à l’automatisation. Ce sont surtout les membres de la génération Y qui redoutent des conséquences plus lourdes.

Plus d’un quart des salariés pense que leur employeur ne s’intéresse pas du tout à leur bien-être psychologique. Près d’un tiers serait même mal à l’aise de révéler ce genre de problème au travail. Les jeunes salariés sont toutefois plus à l’aise que leurs ainés pour aborder cette problématique à leur employeur. Les Allemands, les Suisses semblent plus à l'aise pour aborder ce problème.

Toujours selon le cabinet ADP, un mauvais management serait la principale entrave à la productivité.

Un bon point concernant la discrimination : les rapports faisant état de discrimination sont en baisse. Les rapports faisant état d’inégalités salariales entre homme et femme sont en hausse.

Le télé-travail et le travail indépendant attire de moins en moins les salariés atteignant 15% cette année, alors qu’en 2018 il était de 20% et en 2017 à 26%.

Cette étude regroupe les principales entraves à la productivité en 2019 :
  • Mauvais management ;
  • Systèmes et processus inefficaces ;
  • Manque de personnel de soutien ;
  • Technologies lentes et inefficaces ;
  • Réunions trop nombreuses ;
  • Trop de stress ;
  • Distractions entre collègues ;
  • Manque de flexibilité des lieux/horaires ;
  • Les distractions entre collègues ;
  • Les distractions liées aux téléphones augmentent considérablement parmi les jeunes salariés, etc.
Il est important pour les entreprises d'écouter, d'innover et de former les responsables, les managers afin de les sensibiliser aux problèmes rencontrés par leurs salariés.

L’équipe de Profil Humain Sàrl

Sources :
www.fr.adp.com/workforceview
www.mozartconsulting.eu/

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les yeux Sanpaku

Le Top 10 des idées reçues concernant le langage corporel